L'Authenticité = intimité, congruence, intégrité.



" Un jour, si j'ai le temps, j'aimerais être en harmonie avec moi-même,
qu'il y ait accord entre ce que je dis et ce que je sens, entre ce que je pense et ce que je fais....

et alors je l'exprimerai au Monde ".

Reve1
L'Authenticité (F. Perls) est la meilleure chose pour le corps, l'esprit et la socialisation, la pire étant la trahison de soi-même.

Ses synonymes sont "intimité (E. Berne), affirmation de soi, assertivité, individuation (C. Jung), intégrité, cohérence interne et congruence (C. Rogers) ...

Je suis congruent lorsqu’il y a harmonie en moi-même, quand il y a accord entre ce que je dis, ce que je fais, ce que je pense, ce que je ressens, ce que je vis et ce que je montre au Monde.

Pendant un bon moment de notre évolution dans le processus de changement, l'Authenticité relève d'un travail journalier, à l'instar du jardiner qui, tous les jours, entretient son potager.

L’Authenticité est un don du cœur. L’individu spontané parle des profondeurs de soi en toute simplicité à travers l’expression des sentiments de chaleur, de tendresse, de sympathie ou d’aversion qu’il ressent envers autrui ou au sujet de la situation contextuelle ou relationnelle.

Habitée par la confiance en soi et en autrui, la personne est profondément et intensément elle-même, intentionnelle et vraie, ses ressentis sont au premier plan dans une relation à elle-même ou à autrui non perverse ou manipulatrice, exploitante ou dominante. Elle est apte à écouter, identifier et exprimer au juste moment ses émotions ou ses sensations corporelles, ce qui est sensiblement similaire.

Alors, dans une défense personnelle minimale et une ouverture à l’autre maximale, le vrai contact peut s’enclencher, sans peurs ou artifices, sans illusions ni préjugés. La personne exprime clairement ce qu’elle décèle, ou expose clairement ses besoins fondamentaux internes : être écoutée, s’exprimer, être entendue, confirmée, sécurisée, intégrée, récompensée, aimée, pouvoir agir selon ses valeurs ou son éthique… puis aimer ou cajoler, demander ou refuser, fuir ou dominer, donner ou aider…
Ce qui est exprimé est concis et senti, en congruence, par l’accord des mots, du ton, des gestes et de l’attitude. Je suis congruent lorsque ce que je dis est en accord avec ce que je fais, ce que je pense et ce que je ressens profondément, corporellement. Il ne s’agit pas de tout dire ou tout montrer, mais d’être là, présent, posé, centré. « Je ne dis pas tout ce que je pense et ressens, mais je pense, ressens et applique tout ce que je dis ».

 L’Authenticité est donc la correspondance intime entre l’expérience du moment, la prise de conscience et la communication. Elle amène le respect et l’unité de soi. Cette notion induit les notions d’« immédiateté » et d’« état de présence » : être là, conscient, spontané « ici et maintenant » dans le présent de l’environnement, qu’il soit humain ou non.

Devenir intime c’est s’ouvrir, se « laisser aller », se faire mieux connaître, mais toujours en pleine conscience de soi : « ce que je fais, ressens, dis, évite, attends de l’autre ici et maintenant » et « comment  fonctionne ma tête ou mon ego ». C’est cette authenticité, cette intimité sensible avec soi-même et avec autrui qui ouvre une plus grande conscientisation et qui porte à la pleine réalisation de soi. Le nec le plus ultra serait de ressentir puis exprimer en awareness, consciousness, c’est à dire dans une attitude méditative appliquée à tous les instants de la vie quotidienne. Le top !

L’intimité évite les éloignements, les dévalorisations, les introversions, les ruminations, les dramatisations, les messages cachés ou à doubles-fonds, les manipulations et exploitations de l’autre (jeux psychologiques qui n’ont rien de ludique), le ressentiment. C'est-à-dire la violence relationnelle latente ou patente.
Nombre de gens souffrent d’être incapables de se montrer ainsi proches des autres.
 

 L’intimité fait peur car elle ne peut exister sous une carapace ou une fausse image (tour d’ivoire, peau d’ours, persona, personnage). Tout le monde n’a pas le courage de la pratiquer et, sans doute, encore moins les « fort en gueule » ou les essentiellement « yang».
Elle nous effraie car elle ne comporte rien de généralisé, de programmé ou calculé. Parfois, elle nous confronte à ce que nous considérons comme prise de risques : s’engager, concevoir différemment, s’exposer,  paraître petit ou faible, risquer d’être frustré, opposé, de n’être pas suivi, d’être rejeté, de ne plus être aimé…

Ses principaux obstacles sont le manque d'estime de soi, le manque de confiance en soi, le manque de confiance en l’autre (souvent une projection du manque de confiance en soi), la peur du regard d'autrui, la déresponsabilisation émotionnelle (Peur de choquer ou de vexer) et la peur du rejet.

Il est par conséquent plus facile de parler, parler de l’authenticité que de la mettre en actes.

" Il est plus facile de professer en paroles un humanisme de bon aloi
que de rendre service à son voisin
". Henri Laborit


L’authenticité est synonyme de vrai contact, ou en gestalt-thérapie de « plein contact » dans lequel, en physique comme en relationnel, cela frotte et cela chauffe rapidement.

Mais mieux vaut-il s’exposer pour construire ou se cacher pour maudire ?

L'authenticité, ou l’intimité, peut s’exprimer aussi bien auprès de collègues que de personnes proches, dans l’amour comme dans la colère spontanée. Elle est « possible partout », avec n’importe qui, aussi bien mon conjoint que ma caissière, à condition d'être suffisamment autonome ou d'avoir suffisamment travaillé sur soi, puisqu’elle relève d’’un « état d’Être » et non pas d’une stratégie ou façon de faire.

N''oublions pas qu'un individu n'est pas un être tout seul, mais que c’est un être grégaire, dépendant et toujours indissociable de son environnement. Tous les êtres et phénomènes sont interdépendants et répondent à la loi universelle de Causalité : l'Authenticité tient donc toujours compte des Autres et l'individu placé face aux phénomènes cherche en permanence à s'y ajuster de façon créatrice : nouvelle, adroite, efficace, agréable et constructive pour lui et pour autres.
En tant que vérité du cœur et de l’esprit, l’intimité n’amène pas toujours des signes de reconnaissance positifs quant à ce qui est dit ou fait mais elle conduit toujours à un résultat positif car OBLIGATOIREMENT constructif pour les gens concernés.
C’est la seule issue qui puisse mener à la satisfaction de nos besoins fondamentaux psychologiques et affectifs.

  

Jean-Jacques E. Brabant, Gestalt-Thérapeute à Toulouse, France