L’amour cékoi ?
Jean-Jacques Eric Brabant

cadeau-fete1.jpg

 

Peu de gens savent aimer véritablement, c'est à dire savent être sensibles au bien d'autrui tout en étant dégagés des préoccupations égocentriques. C’est ce qui occasionne d’ailleurs la plupart des problèmes de couple. Amour de fusion, amour de confusion ou amour de transfusion.

La plupart des amours sont faits pour la reconnaissance et le partage amical, certains pour apprendre à se rejoindre et construire ensemble (amour conjugal). Ceux qui n’ont pas les ressources d’un amour personnel autonome sont affectivement dépendants d’autrui et tombent irréfutablement dans l’amour de besoin et de consommation... ou de consumation.

Peut-on aimer sans commerce ? Peut-on faire commerce sans aimer ?
Dois-je aimer l'autre pour ce qu'il m'apporte ou pour ce qu'il est ? Ou pour ce que je lui apporte ? pour les trois ?
Confondra-t-on encore longtemps l'amour avec une pratique sexuelle ? L'amour conjugal avec l'amour du prochain ? L'amour du chocolat avec celui de son amant ? L'amour amical ou familial avec l’amour objectal ? Elans de tendresse, amour propriétaire, amour platonique, amour passionné ou réveil de la sexualité ? De quel amour parle-t-on ??? 
Amour  conjugal, amour parental, amour amical, amour inconditionnel (Aïe, une grossièreté !) ...

Que me doit ma compagne, mon mari, mon amante, mon conjoint ou mon serre-joint ?
Si l'amour est placé dans une notion d'interdépendance toujours fluctuante entre moi/l'autre, c'est à dire du "vivre ensemble" ou du "que créons-nous ", il semble que ce soit bien vers lui qu'il faille dorénavant et urgemment se tourner...

  « Le sexe ne doit pas rester du sexe, il doit être transformé en amour. Et l’amour ne doit pas rester amour, il doit être transformé en lumière, en expérience méditative. »     Osho. 

love3.gif

  Ceci est un article de JJ. Eric Brabant, psychopraticien à Toulouse.

Pour lire la suite, cliquez ici.