Citations

 « Blanc comme un linge… Rouge de honte… Vert de peur… »

 

 

« Il ne faut pas confondre la maladie avec la lésion qui n’en est que la révélation matérielle ou le résultat éventuel […] ».      HIPPOCRATE – Corpus Hippocraticum.

 

 « Tout symptôme est l’expression d’un conflit inconscient et la manifestation extérieure du retour du refoulé ».« Entre psyché et soma, il y a une frontière que mes successeurs devront explorer et dont ils devront découvrir les lois de fonctionnement ».      FREUD

 

« Serait-il tellement impossible que la température du corps, la fièvre puisse être déterminée psychiquement ? C’est certainement possible, car, pour l’inconscient, la séparation de l’âme et du corps n’existe pas ; selon ce qui lui paraît indiqué, il utilise une fois le corps et une autre fois l’âme ».
GRODDECK – La Maladie, l’art et le symbole.

 

« Le cerveau est un poste de  direction chimique contrôlant la chimie toute entière de l’organisme. il peut donc repousser les infections, déboucher les artères, faire cesser la douleur ».              Pr. J. Paul Escande (Mirages de la Médecine)

 

« Le changement commence par le changement personnel. Tant qu’on aura pas appris aux hommes comment fonctionne leur cerveau, et que jusqu’ici ça a toujours été pour dominer l’autre, il y a peu de chances que les choses changent. »
Pr Henri Laborit.

 

 « L'épiphyse semble bien contrôler divers processus biologiques tels que le fonctionnement neuroendocrinien et le Système Immunitaire ».
Pr.Louis Perrin, Le système immunitaire, p37

 

 « Il serait agréable de penser que la source de nos souffrances réside chez les autres ou, mieux encore, dans la société. En fait, l’origine des conflits est en chacun de nous. »    
Pr. Maurice Tubiana, cancérologue, dirigeant le  centre anticancéreux de Villejuif.

 

« C’est le caractère excessif de ses propres efforts qui est en grande partie responsable de son stress et de sa tension ».  Dr Edmund Jacobson.

 

« Au répertoire musculaire des émotions correspond un clavier de modifications humorales et neurovégétatives ».   Jean-Didier Vincent - Biologie des passions.

 

« La maladie est le dynamisme réactionnel global d’un homme par l’intermédiaire de ses symptômes ». Hahnemann.

 

« Quand on ne peut le dire avec des mots, on va le crier avec la violence des maux. Mal-à-di(re) et maladie doivent s’entendre dans différents registres pour que nous puissions accéder au gai-rire ».      Jacques Salomé.

 

« C'est la médecine tout entière qui doit s'ouvrir à la psychologie et devenir psychosomatique. Ou pour mieux dire, avec WEISS et ENGLISH : " Toute maladie relève à la fois de l'esprit et du corps et toute thérapeutique est, de ce fait, de la médecine psychosomatique. Lorsqu'on en sera dûment persuadé, le terme psychosomatique pourra disparaître, les données qu'il traduit étant désormais impliquées dans le terme médecine". Mais pour cela il faut que tous les médecins et psychiatres soient authentiquement formés à la psychologie et aient renoncé au préjugé organiciste.».       Marc-Alain Descamps (1992). Corps et psyché, p16.

 

« La théorie psychosomatique, en France, a été élaborée en 1958 par un groupe de psychanalystes psychosomaticiens appartenant à la Société Psychanalytique de Paris, rassemblés sous le nom de l’Ecole de Paris […]. L’originalité de ces travaux repose sur une découverte fondamentale : le processus de somatisation apparaît lorsque le sujet n’est pas capable de traiter mentalement les contradictions qui pèsent sur lui ».  Yves RANTY

 

« La douleur est fruit de la vie. La souffrance est fruit de l’orgueil. 
Fruit de l’orgueil et rumination permanente, la souffrance est ce qu’on entretient, c’est l’enveloppe psychique de la douleur. C’est la production de l’
EGO, elle entretient la douleur et entraîne toujours des douleurs psychiques ou somatiques ou les deux ».  
Eric Brabant.

« Lorsque l’on tombe, ce n’est pas le pied qui a tort. » Proverbe chinois.

 

« Peut-être as-tu déjà entendu dire à de bons médecins, quand on vient les trouver pour un mal d'yeux, qu'il leur est impossible d'entreprendre une cure exclusivement pour les yeux et qu'il faut soigner la tête en même temps si l'on veut remettre les yeux en bon état et que de même, imaginer que l'on puisse soigner la tête seule, indépendamment de tout le corps, est une pure folie ».     Socrate, dans Charmide.

 

« Il est probable que le psychique et le corporel ne sont pas deux processus se déroulant côte à côte, mais qu’ils sont liés par des interactions dont la nature proprement dite échappe encore à peu près totalement à notre expérience ».  
Carl Jung.

 

« Est-ce l’œuf le père de la poule, ou la poule la mère de l’œuf ? Qui a commencé ? ».        Raymond Devos.

 

« Chaque fois qu’on demande à un enfant de ne pas gesticuler ou de se tenir tranquille, nous réduisons son champs d’expérience, nous entravons le développement de son intelligence et nous l’encourageons à réprimer l’expression naturelle de ses émotions».    Thérèse Bertherat.

 

« Les sentiments évoqués retentissent le plus souvent sur la voix, la respiration et la posture. Le corps et les mots entrent en résonance, rebondissant l'un sur l'autre dans un feed-back mutuel amplificateur…». 
Serge Ginger, Ecole Parisienne de Gestalt-Thérapie.

 

« La dimension neuro-endocrinologique du moi apparaît à la surface de l’être sous la forme des émotions ».Jean-Didier Vincent.

 

« Lorsque la disponibilité conjuguée de l’appareil mental et des systèmes de comportement se trouve dépassée, mise en échec par une situation nouvelle, c’est l’appareil somatique qui répond ».        P. Marty.

 

« Nos idées noires font marcher notre hypothalamus qui déclenche la sécrétion d’une hormone, laquelle libère à son tour de la cortisone. Or la cortisone, si elle a le pouvoir de soulager nos douleurs, peut aussi dilater nos vaisseaux sanguins et détruire notre système immunitaire. Nous voilà ouverts à la prolifération de n’importe quelle maladie : ulcère, pneumonie, cancer ».       Pr Henri Laborit.

 

 « Des études cliniques, effectuées sur des malades dont on a pu établir tous les antécédents biographiques, ont montré l’existence d’un rapport chronologique entre l’évolution de leur maladie et les événements retentissant sur leur vie affective. La situation qui précipite le sujet dans la maladie revêt pour ce malade une signification affective particulière, parce qu’elle est liée à son passé ou à une problématique conflictuelle non résolue. C’est en raison de ces liens qu’elle a pour lui un effet de stress ». -    A. Becache –  Psychologie Pathologique, p219 – Abrégés Masson.

 

« Le psychique et le somatique opèrent du point de vue de l’énergie biopsychique, comme deux systèmes qui sont unitaires aussi bien que conditionnés l’un par l’autre ».    Wilhem Reich, La fonction de l’orgasme – L’Arche 1972

 

« Garner et Wenar ont montré que les troubles psychosomatiques ont tendance à se produire chez les individus à qui l’expérience de cette attitude maternelle a manqué. C’est là une hypothèse qui a été confirmée plusieurs fois ».     
Ashley Montagu, la peau et le toucher, p163.

 

« Il paraît évident que pour faire une infection ou une affection néoplasique (cancer), il ne suffit pas d’un contact avec un microbe, un virus ou un irritant local chroniquement subi… on a trop focalisé sur le microbe, le virus ou le toxique cancérigène, et pas assez sur le sujet, sur son histoire passée et présente, ses rapports avec son environnement ».    Pr. Henri Laborit.

 

« La pratique psychosomatique chez l’adulte renvoie presque toujours, en partie, aux difficultés de divers ordres des sujets dans leur enfance et surtout dans leur première enfance. »     P. Marty, La psychosomatique de l’adulte, p12.



« Je découvrais que je m’étais préférée anormale et malade plutôt que normale et en bonne santé. Du même coup, je découvrais que j’étais pour quelque chose dans ma maladie, que j’en étais en partie responsable.
POURQUOI ? Ce premier pourquoi était l’outil qui allait me servir à piocher, à creuser, à retourner mon champ, jusqu’à ce que je me mette totalement à jour.»               
Marie Cardinal. Les mots pour le dire, p106.

 

« Le vrai médecin est le médecin intérieur. La plupart des médecins ignorent cette science qui, pourtant, fonctionne si bien. »  Albert SCHWEITZER.

 

« Nous constatons que les gens qui ont les boules font des angines, ceux qui portent le poids du monde ont des problèmes de dos, des rhumatismes, des arthropathies et ceux qui se le prennent dans les reins font des néphropathies. On sait que ceux qui se le prennent en travers souffrent d’anorexie ou d’œsophagites, ceux qui ne peuvent pas digérer la situation souffrent de nausées ou de troubles digestifs et que ceux qui ne peuvent avaler la situation souffrent de dysphagie (difficulté physiologique d’avaler donc de manger) ou de gorge serrée. Des exemples de ce type sont cités par JUNG.     
Eric Brabant.

 

« La maladie ou accident est très souvent langage corporel symbolique de ce qui n’apparaît pas à la conscience ou ne s’exprime pas oralement. Le corps ne peut le faire que par des messages symboliques, organiques qu’il nous appartient de déchiffrer : telle est une définition de PSYCHOSOMATISATION».    
Eric Brabant, Le corps et l’esprit ne font qu’un.