Intérêt de la méditation

 

 

Méditation thérapeutique
Méditation en pleine conscience

Thérapeutique miracle du 21e siècle, née il y a pourtant plus de 3000 ans avec le védanta

 

Depuis son origine, le but de la méditation est la libération de la souffrance. Nous souffrons tous, du stress ou du petit mal aux pieds jusqu’aux grandes douleurs physiques ou psychologiques.

Les effets de techniques de méditation bouddhistes ont aujourd’hui fait leurs preuves, si bien que ces méditations sont en voie d’utilisation croissante par des psychiatres et psychologues qui travaillent avec les thérapies cognitive et comportementales. On les pratique désormais à l’hôpital comme en centre bouddhiste. Rappelons que le bouddhisme peut être entendu comme : « Méthode expérimentale et scientifique de l’étude de l’esprit, dont le but est l’achèvement de la Souffrance, notre condition humaine. »

La méditation vise à développer la pleine conscience lucide dans l’instant présent, ce qui va totalement à l’encontre de la production anarchique et discursive des pensées issues de notre ego (moi).

Cet ego, ce « mental » fonctionne comme un disque dur, souvent à notre insu, et lorsqu’on veut l’arrêter nous prenons conscience que c’est très difficile et qu’il fonctionne de façon autonome indépendamment de notre volonté. Il semble n’en faire qu’à sa tête et parait parfois gouverner l’ensemble de notre personnalité. Nous ne serions que peu conscients de ce pilote automatique.
Or c’est lorsque cela va mal que nos pensées s’emballent. La souffrance vient des pensées du mental. Cette production anarchique de pensées souvent déplaisantes, stériles, infantilisantes, rigides, déstructurantes, castratrices, à la production épuisante, est à l’origine des surproductions cognitives qui entrainent les troubles anxieux, les troubles dépressifs, les troubles de l’humeur et toute la pathologie existentielle en somme, c'est-à-dire l’ensemble des pensées, émotions perturbatrices et comportements qui mènent à la souffrance de soi et d’autrui.
 Lorsque nous avons des pensées, c’est l’attention que nous prêtons à ces pensées qui les renforcent. La méditation est essentiellement une activité expérimentale.

La méditation thérapeutique aide à reprendre le contrôle de soi. Elle réintègre des dimensions oubliées mais essentielles de notre être que sont le corps locomoteur, le corps viscéral, les ressentis et les émotions. Avec elle nous effectuons plus facilement et simplement ce que nous avons à faire dans la vie quotidienne, sans être sans cesse interrompus, dispersés, captés ou contrés par les pensées indésirables de notre tête ou par autrui.

Vivons nous plus avec notre ventre, nos pieds ou avec notre tête ? Nous faisons notre toilette corporelle tous les matins ; faisons nous notre toilette émotionnelle et mentale ? 
Meditation2.jpg

 Buts et Avantages de la méditation

 Aspects somatiques.

 - Augmentation de la santé holistique, involution de la vulnérabilité et de la maladie.

- Production d’endorphines, morphines naturelles du corps et hormones du bien-être.

- Diminution des hormones corticoïdes naturelles et de la production des glandes surrénales.

- Diminution des rythmes et fréquences de l’organisme (pouls, tension artérielle)

- Diminution de l’excitabilité et l’éveil, on dort mieux.

- Diminution de la mauvaise répartition des graisses, perte de poids.

- Tranquillisation

- Baisse de la cholestérolémie.

- Régularisation du péristaltisme intestinal.

- Augmentation du taux d’anticorps et de la défense immunitaire.

- Régularisation et facilitation de la respiration, diminution des crises d’asthme.

- Augmentation du calibre des tuyauteries (vaisseaux sanguins, bronches pulmonaires…)

- Augmentation de la neuroplasticité. Avec la pratique régulière le cerveau se transforme et augmente les capacités d’adaptation de l’individu dans les milieux stressants et anxiogènes (Bruit, guerre…).

- Facilitation considérable de la gestion de la douleur.

- Du point de vue de la médecine chinoise, ouverture des voies de communication, des chakras et canaux d’énergie entre tous les niveaux de votre être.

 

Aspects cognitifs et psychologiques.

- Travail et amélioration de la mindfulness (pleine conscience) en vue de l’awareness (conscience lucide).

Mindfulness = pleine conscience = Attention pleine et délibérée, sans aucune tension, analyse ou jugement.

Awareness = Prise de conscience globale dans l’ici et maintenant de ses ressentis cognitif, locomoteur et viscéral, émotionnel, relationnel et environnemental.

- Purification de l’esprit de ses influences négatives et parasites mentaux qui sont :

= Idées, pensées, ruminations, discours automatique provenant du mental, du disque dur, de l’amour propre, de l’orgueil de l’ego.

= Gestion des émotions perturbatrices telles que les attachements et rejets, envie, jalousie, colère, inquiétude, doutes, apathie, fuites ou agitation. (Et synonymes)

- Compréhension progressive de la nature du mental plutôt qu’entretien ou surenchère du conflit avec lui.

- Meilleure différenciation d'avec les pensées. Penser est très différent de « voir ses pensées ».

-  Découverte de soi, de l’esprit épuré des croyances, généralisations, poncifs et préjugés, illusions, injonctions parentales, élaborations infantiles, méconnaissances et projections diverses.

- Développement du lâcher-prise et de l’acceptation de ce qui Est, maintenant.

- Ouverture de l’esprit à de nouvelles perspectives.

- Elargissement du champ de conscience de soi, des autres, des phénomènes et du Monde.

- Apaisement du stress, de l’anxiété, de l’irritabilité, de l’angoisse et de la dépression.

-Diminution des comportements d’évitement, d’inhibition et de fuite.

-Baisse de l’impulsivité et des passages à l’acte (Colère, violence, anorexie, boulimie, alcoolisme, toxicomanie.)

- Soulagement des maux récurrents et des maladies psychosomatiques (75% des maux et mal-à-dits).

- Anticipation accrue des obstacles à venir avec beaucoup plus de relativisation et de calme intérieur.

- Augmentation de la capacité d’attention, de vigilance, de concentration.

- Augmentation de la mémoire.

- Augmentation de la stabilité émotionnelle.

- Augmentation de la perception du schéma corporel (Comment on perçoit et ressent son corps).

- Diminution des dysmorphophobies (Perceptions de disgrâce et rejet de certaines parties du corps).

- Augmentation de la conscience corporelle et viscérale, siège de l’émotion non travestie par la pensée.

- Facilitation des sevrages consécutifs à la consommation de substances psycho-actives ou de dépendances diverses.

 - Diminution de l’égarement dans le passé mort ou dans le futur imaginaire.

- Augmentation de capacité à vivre dans le réel de l’ici et maintenant.

- Reprise du contrôle de soi : vivre ce qu’on veut vivre plutôt que vivre en fonction de la connaissance de ce qui nous est tombé dessus, des obstacles qui surgissent ou de ce qui peut éventuellement nous contrarier.

- Augmentation de la volonté, de la détermination, de la persévérance.

- Augmentation de la centration, de la capacité de  faire ce qu’il y a à faire, sans se laisser disperser et sans les commentaires parasites, discursifs et inhibants de la pensée automatique.

- Augmentation de la capacité de travail et du rendement en tous genres.

- Ouverture du cœur.

- Augmentation de l’équilibre et de la simplicité quotidiens.

- Réveille l’accès à l’essentiel, à l’émerveillement, à la positivité, au contentement et à la  joie simple.

- Diminution de l’amour propre, de l’orgueil, de l’égoïsme et amélioration des relations.

- Augmentation de la prise de soin de soi et de l’estime de soi et d’autrui.

- Augmentation de la confiance en soi et en autrui, donc de la capacité à vivre avec les autres.

- Développement de l’humilité, de l’empathie, de la tolérance et de la compassion permettant un ajustement plus simple dans l’environnement.

- Augmentation de la créativité, de la perspicacité et de la capacité de résolution des problèmes.

 

==>  On n’a donc pas forcément besoin de sortir du coma pour trouver ces qualités.

 

 

 

 J'ai découvert la méditation tibétaine en 2000 et j'en ai fait une pratique quotidienne.
Formé aux approches tibétaines, au Zazen japonais, aux méditations d'Arnaud Desjardins comme aux méditations actives d'Osho,
je vous propose cet outil de remise au calme et de connaissance de soi depuis 2005.

 

FORMATION

Variable en fonction de l’assimilation de la personne, la durée de cet apprentissage dure une dizaine de séances.
Il appartient ensuite à la personne de méditer de façon régulière en toute autonomie, pour l'entretien de sa santé, l'amélioration ou la prévention des rechutes morbides.


STAGES

Durant une journée ou un week-end, nous aborderons l'historique de la méditation, le sens qu'elle a, les obstacles à surmonter, et nous nous familiariserons avec des méditations assises comme actives, en salle comme dans la nature.
Ces séquences seront ponctuées de feed-back, d'apports théoriques et de séquences de questions/réponses.
 

Cet apprentissage n’a pas vocation à se substituer à un traitement médical.

 

JJ.EB