Somatisations, que faire ?

 

Malade

Il est bien connu maintenant et scienfiquement prouvé que lorsque nous n'entendons pas ou ne voyons pas un aspect ou un un problème important de notre vie, notre corps nous le présente à sa manière avec les moyens dont il dispose : maux et troubles émotionnels, dysfonctionnements physiques ou mentaux et maladies sous forme de troubles fonctionnels ou troubles lésionnels.

Ces affections portent le nom de Somatisations, ou psychosomatisations, ou Psychosomatismes.
Elles ne constituent pas seulement le fameux et stérile " C'est dans la tête" que nous rétorquent trop de médecins impuissants et indélicats, mais elles sont également réelles et observables par l'imagerie médicale. C'est pourquoi elles n'ont rien à voir avec hystérie, fabulation, hypocondrie, autre imagination ou trouble psychologique.

Vous comprenez bien que présenter les choses de cette manière constitue un préjudice grave pour les groupes de pression et marché financiers de la santé.
Cela n'en demeure pas moins une réalité observable et tout à fait expérimentable par quiconque s'en donne la peine, ce que confirment discrètement beaucoup d'illustres médecins et de professeurs en médecine.Medics.jpg


Jusqu'à présent, les personnes qui viennent me voir nous ont permis, par notre partenariat car je ne suis pas un rebouteux, de considérablement diminuer, voire de supprimer divers troubles qui les préoccupaient :

Manifestations émotionnelles émotionnelles : poids sur l’estomac et problèmes digestifs, sueurs, douleurs thoraciques, palpitations, irritabilité.

Manifestations et syndrômes fonctionnels : rhumes et grippe, malaises, contractures, migraines et céphalées, sinusites, angoisse et ses répercussions, lombalgies, dorsalgies et douleurs cervicales, anorexie (non mentale), nausées, indigestions, constipation, barre en travers de l'estomac, stérilité féminine…

Troubles organiques et lésionnels : Dermatoses, endométriose, hypertension artérielle idiopathique, troubles du rythme cardiaque, infarctus cardiaque*, œsophagites ou ulcère gastrique, certaines allergies et maladies auto-immunes, entorses, fractures et accidents…

 

Ma façon de faire :
1) Encourager la personne à poursuivre son traitement médical et les examens prescrits par son médecin.

2) Discuter du symptôme ou de la maladie en long et en large ne mène à strictement rien sinon à la renforcer. Il s'agit au contraire de trouver, dans la biographie et le vécu profond souvent caché de la personne, le sens symbolique de son symptômes ou de sa maladie. On a l'air de discuter de tout autre chose, mais en fait il n'en est rien et je ne perds absolument jamais de l'esprit le motif initial de consultation.

3) Evidemment pour la personne, le travail ne consiste pas à remettre son problème dans les bras du psychosomaticien et d'attendre à court terme une solution miracle, ce qui fait penser à la consultation médicale que suit une prescription médicamenteuse. Malheureusement, à l'instar d'une pression sur la hernie d'une chambre à air, les médicaments, s'ils font taire le corps, ne font souvent que déplacer le problème.
Le travail est plus impliquant et demande souvent quelques mois avant qu'on puisse constater une régression notable et autonome du symptôme.

 

D'éclatantes réussites : Parmi l'ensemble de nos réussites, voici les plus spectaculaires :

- fin d'arthrose sévère naguère traitée par injections de corticoïdes intra-articulaires et séances de kinésithérapie hebdomadaire.

- fin de cardiopathie sévère, ayant entraîné trois interventions chirurgicales infructueuses chez une patiente de 35 ans bientôt promise au pace-maker.

- fin de stérilité et enfantement naturel chez deux personnes ayant vécu sans succès plusieurs fécondations in vitro.

 

Inutile d'attendre d'être malade pour aller mieux
et pour se sentir mieux dans sa peau !

 

Malade 296333