Ecouter et entendre enfin

L'écoute et l'état de Présence.

Tout le monde sait ce que signifie écouter et entendre : c'est utiliser ses oreilles et jouir de leurs facultés.

Eh bien non ; cette définition est aussi simplette que si je vous disais : "Vivre, c'est respirer avec un coeur qui bat."

A un niveau bien plus sensible, c'est à dire celui dans lequel nous baignons tous, écouter n'a pas de rapport avec les oreilles, mais avec ce qu'on nomme l'état de Présence.

Entendre ne concerne ni le pavillon ni l'oreille interne mais, consécutivement à l'état de présence, le psychisme direct de l'individu.

« Nous écoutons toujours avec notre personnalité,
avec nos désirs conscients ou non, nos peurs et nos habitudes,
nos espoirs et préjugés,
nos généralisations, introjections, illusions,
nous écoutons avec notre  vécu et tout ce que nous incarnons ».

 

Nous avons tous parlé à quelqu'un qui nous écoutait tout en bricolant, en s'agitant, en faisant autre chose, en pensant à autre chose ou qui ne nous regardait pas.

- Nous nous sommes tous curieusement sentis dans l'urgence en parlant, comme s'il fallait se précipiter avant que l'autre ne nous coupât la parole, ou dans la défensive comme si tout ce que nous exprimions allait évidemment être nié ou détruit.

- Nous avons expliqué des choses à celui qui préparait simultanément ses questions ou objections, puis qui nous répondait du tac au tac comme si notre échange devenait une partie de ping-pong relationnel et un rapport de force.
[ http://www.eric-brabant.net/pages/a-cogiter/ping-pong-relationnel.html ]

- Nous avons tous tenté le dialogue avec quelqu'un de fermé, rigide, opposé, ou qui se servait de nos paroles pour mieux les contrer ou se mettre à mouliner les siennes.

- Nous nous sommes parfois sentis entendus "à moitié", comme si l'interlocuteur ne saisissait qu'une partie du message, en particulier celle qui l'intéresse. Ou à l'inverse, il nous est régulièrement arrivé de parler de nous, tandis que " l'autre le prenait pour lui ! ", ramenait tout à lui.

- Nous parlons régulièrement de ce que nous ressentons, nos difficultés ou nos émotions à quelqu'un qui le nie, le rejette et l'invalide comme s'il était dans notre esprit ou à la place de notre système hormonal.

- Avec toi, j'ai souvent du mal à m'exprimer sereinement, à me sentir entendu...
- Ce n'est pas vrai, tu sais bien que je t'écoute et c'est toi qui ne me laisses jamais parler !

- Je suis triste et j'ai mal...
- Mais non tu n'as pas à être triste vu ta situation que beaucoup envieraient...

- Je suis inquiet quant à pouvoir rendre ce rapport vraiment terminé vendredi soir.
- Il n'y a pas à être inquiet, vous en êtes capable et de toutes façons vous n'avez pas le choix, cela mettrait tout le service dans la panade !

 

Le manque d'écoute ou le fait de ne pas "entendre" est l'étiologie numéro un de tout stress relationnel, la source directe de la frustration se travestissant en agressivité latente, le tout menant directement et invariablement à la violence relationnelle, à l'incompréhension, à l'inhibition ou au conflit.

 

Qu'est-ce que l’implication – de moi, de l’autre -  fait rebondir en moi ?
Que se passe-t-il en nous pour que... ?
  

 

Quoi que l'on fasse, qu'on soit jardinier, comptable, qu'on travaille dans les relations à la personne ou dans l'industrie, qu'on soit professionnel, amant jeune marié, parent ou bénévole d'association, toute entreprise humaine passe et commence par la relation, puis l'écoute, puis l'assimilation, et enfin la confrontation.

Dès que la relation est baveuse, pas claire, malmenée ou pervertie, tout l'aval va  en pâtir et entrainer avec lui une kyrielle de cause à effets morbides, et ceci du sous-sol jusqu'au cinquième étage de l'entreprise, des effets qui vont exsuder partout ailleurs le soir dans les familles. C'est la loi incontournable de l'interdépendance et de la causalité.

Pour éviter toute cette maltraitance, il faut d'abord apprendre à écouter, à entendre, à assimiler et à devenir des interlocuteurs partenariaux pour tous ceux avec lesquels nous vivons, que ce soit en famille ou au travail.

 

OBJECTIFS :        

Le contenu de cette formation a l’avantage de pouvoir être utilisé pour divers objectifs :

- Entrer en relation empathique ou constructive avec l’interlocuteur, liée à l’observance d’une écoute de qualité.

- Entendre ce qui est livré de façon à poser des objectifs cohérents et plus efficaces.

- Ecouter et entendre également ce qui émerge de soi afin de répondre de façon authentique, fertile et congruente.

 - soit à titre personnel, pour mieux communiquer en famille et dans la vie quotidienne.

- soit à titre professionnel, pour mieux entendre l’entourage et pouvoir mieux discerner les besoins de mes partenaires ou de mes clients.

- soit pour se libérer des langages du corps, somatisations et divers mal-à-dits.

 

 BUTS :      

Epanouir les ressources humaines des participants. 

Familiariser avec les notions réelles d’écouter et d’entendre.

Atteindre La maîtrise de soi pour la  « mise en mots » de l’autre.

Optimiser la communication relationnelle.

Développer la congruence et l'intégrité.

Discerner les vraies demandes et intentionnalités de l’interlocuteur.

 

 Cette formation est dispensée auprès des étudiants, des bénévoles et professionnels de la  santé, de l’écoute, de la relation d’aide  ou de la  relation psychothérapeutique comme auprès des responsables et dirigeants d'entreprise. Il concerne toute personne désirant assainir et simplifier ses relations.

 

THEMES :             

Ecouter - Entendre  - Assimiler - Ressentir - S’impliquer - Comprendre - Inférer

Programme complet et détaillé envoyé sur demande.

 

DUREE & TARIFS :             Deux jours

200 € par participant

Prise en charge par l'entreprise = 250 à 400 € net/jour, selon le statut juridique.